Rencontres en ligne : catalyseurs de croissance des ITS/MST ? Protégez-Vous !

Avec la recrudescence des sites de rencontres en Amérique du Nord, des chercheurs ont constaté une progression des cas de chlamydia et de syphilis. Serait-il possible que l’industrie de l’« online dating » favorise la recrudescence des maladies sexuellement transmissibles ?

Des statistiques inquiétantes

À la fin des années 90, les infections et maladies sexuellement transmissibles ont fortement baissé en Amérique du Nord, grâce aux efforts de sensibilisations entrepris dans cette partie du globe. Mais durant la première décennie du XXIe siècle, cette tendance à la baisse n’est plus à l’ordre du jour. L’institut de la santé publique canadienne rapporte effectivement une hausse de 10 % des cas de syphilis depuis 2000 et un bond de 66 % des personnes touchées par la chlamydia, dont 87 000 de plus en 2009. La même agence souligne que sur la même période, le chiffre d’affaires de l’industrie des rencontres en ligne est passé de 40 millions à 1,5 milliard de dollars.

Quels liens avec la rencontre en ligne ?

Afin d’établir le lien entre la croissance des cas de ITS / MST et l’explosion des rencontres en ligne, des chercheurs ont mené quelques études intéressantes. Ces sondages ont révélé qu’en 2011, un quart des Canadiens auraient utilisé au moins une fois un site de rencontres et 15 % avouent avoir eu des relations sexuelles avec un partenaire rencontré en ligne. Une autre étude, menée par le Dr Jill Grimes, met en évidence l’insouciance des adultes lors de leurs rapports avec leurs partenaires. Des discussions directes et très rapides précèdent souvent un passage à l’acte peu soucieux des risques de maladie. Une habitude issue d’un mariage ou une confiance aveugle vis-à-vis du partenaire sont autant de raisons qui rendent difficile une pratique sexuelle sécurisée dans les rencontres en ligne.

Un seul conseil : utilisez des Préservatifs (condoms) !!

Cette entrée a été publiée dans Sexualité. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.