Relation à long terme : tous les secrets dans le cerveau

Des chercheurs américains avaient effectué une étude permettant de repérer des signes d’une relation à long terme. D’après les résultats, dès le début d’une nouvelle romance, le cerveau inscrit déjà si la relation va durer ou pas.

Analyse des réactions cérébrales

Arthur Aron, un professeur de l’université de Stony Brook à New York a procédé à une analyse des réactions cérébrales par IRM ou imagerie à résonance magnétique sur une douzaine de volontaires éperdument amoureux depuis près d’un an. Le but était d’étudier les réactions cérébrales qu’éprouvaient ces jeunes gens en train d’observer des photos de leur partenaire. Trois années plus tard, les participants ont été recontactés. Verdict : l’amour a survécu pour la moitié d’entre eux.

Le cerveau : gardien de vos sentiments

Le psychologue social Arthur Aron révèle dans cette étude que de nombreux indicateurs permettent de déterminer à partir d’une IRM le temps que peut durer une romance. Le scientifique dit pouvoir, en observant les activités des neurones d’un individu, déterminer l’intensité de ses sentiments envers son partenaire et prévoir une relation stable et de qualité pour au moins 40 mois.

Des signes révélateurs

Les différentes IRM enregistrées ont démontré que l’activité électrique observée dans le cerveau des participants augmente de façon surprenante lorsqu’ils pensent à leur partenaire. En revanche, l’on a noté une diminution très significative de l’activité des neurones du plaisir reliant le cerveau aux centres de la satisfaction. De même, les scientifiques disent être en mesure de prouver que les gens amoureux ont une tendance très marquée à devenir conciliants. Ils arrêtent carrément de porter des jugements sur les autres et d’avoir un esprit porté sur la critique. À tel point que ces gens arrivent à s’oublier complètement. Cet état d’esprit facilite grandement l’inclination à vouloir éviter les conflits avec l’être cher même s’ils sont obligés de vivre de longs moments l’un à côté de l’autre.

Cette entrée a été publiée dans Etudes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.