Le Mariage en baisse et le divorce en hausse au Québec

divorce quebec

Les Québécois sont de plus en plus nombreux à désapprouver le mariage. Néanmoins, cette désapprobation n’altère en rien la teneur de l’amour unissant les couples.

Le désintérêt pour le mariage

Avec un taux de nuptialité passant de 10,7 ‰ à 2,9 ‰ en l’espace de 70 ans, l’Institut de la statistique du Québec place le Québec comme la province la plus réticente au mariage sur le continent américain. Pour l’année 2010, le taux de désintérêt pour le mariage était en effet de 4,7 ‰ au Canada et de 7,4 ‰ aux États-Unis.

L’âge du premier mariage connaît un recul significatif en Amérique. Entre 1951 et 2011 au Québec, l’âge moyen du mariage est passé de 26, 84 à 32, 36 ans pour les hommes et de 24,31 à 30,69 ans pour les femmes. La probabilité de séparation entre les couples mariés s’est par ailleurs accrue en passant de 50 % à 67 % entre 1970 et 1990.

Le concubinage mis à l’honneur
Le mariage n’est plus en vogue en Amérique. La raison principale en est que chacun souhaite garder son indépendance tout en profitant des joies de l’amour à deux. 30 % des couples vivent en concubinage au Québec et en Suède. Le phénomène concerne 11 % des couples aux États-Unis, 16 % au Canada et 18 % en France.

Le concubinage a également permis la naissance d’une nouvelle relation de couple consistant à vivre chacun chez soi et se rapprocher de temps à autre pour se témoigner de l’affection. Quels que soient les changements constatés, l’initiateur de l’étude statistique avance que la vie de couple reste la voie royale menant au bonheur.

source: canoé

Cette entrée a été publiée dans Amour. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.